SHOULD 8 *NEW* - "LES ONDES DE CONSCIENCE", Crimson Circle, Geoffrey HOPPE

SHOULD 8 - partie une sur quatre

LA SERIE DES MAITRES

SHOUD 8 : « LES ONDES DE CONSCIENCE » - ADAMUS, canalisé par Geoffrey Hoppe

Présenté au cercle cramoisi le 3 avril 2010

Je suis ce que je suis, Adamus du domaine souverain. Bienvenue à la conscience. 

Prenons ensemble une respiration profonde et commençons notre session. Je vais demander à Linda de regarder l’heure aujourd'hui. Ce ne sera pas long. (rires) Et faites-moi savoir quand ce sera 20h00. (plus de rires parce que le Shoud finit habituellement vers 17h00).

Ainsi, chers Shaumbra, nous y sommes. Une autre session ensemble, un autre beau mois d’expériences depuis notre dernière rencontre.

Comme Cauldre et Linda en ont discuté avant, vous entrez dans un moment d'expérience, dépassant toutes les vieilles transformations redoutables ( j’espère ) et rentrez dans l’expérience, et aujourd'hui cela va être une expérience. En fait, je la garantirai – Satisfait ou remboursé ! Absolument. Si à la fin de notre merveilleuse session aujourd'hui vous n'êtes pas heureux avec l'information que vous avez reçue, si vous n'avez pas reçu quelque chose de substantiel, qui change la vie, qui casse des briques, quelque chose de joyeux et pardessus tout de formidable...

LINDA : Vous avez intérêt à être bon. ADAMUS : … demandez à Linda votre remboursement. (rires). LINDA : Vous avez intérêt à être bon. ADAMUS : Cette Linda (Linda Hanson à la table d'enregistrement), pas celle là (Linda Benyo). Rien ici, tout est là. (plus de rires). Oui, en effet, remboursement garanti. Peter, combien avez-vous payé pour être ici ?

PETER : Vingt-cinq.

ADAMUS : Vingt-cinq dollars pour être ici pour une expérience d'illumination, de joie, de rire et de colère. Vingt-cinq dollars ! (rire) et combien de frais supplémentaires doivent-ils payer la nourriture, Kerri ?

KERRI : Rien. ADAMUS : Rien ! Pour $25.00 vous avez moi, la nourriture et une garantie de remboursement que vous allez recevoir quelque chose de personnel et de transformationnel aujourd'hui.

Et cela s'applique également à tout le monde qui écoute en ligne. Combien avez-vous payé aujourd'hui pour être ici ? Rien ? ( rires alors qu’Adamus regarde fixement une caméra vidéo). Rien ? Vous vous joignez à ce groupe incroyable de Shaumbra - oui, vous devez apporter votre propre nourriture, mais… et vous n'avez rien payé. Vous n'avez pas donné une bénédiction ? Vous n'avez pas envoyé à cette incroyable équipe une petite lettre de remerciements ? Vous n'avez pas donné quelques euros ou Yens ou des dollars pour être ici ? Changeons cela maintenant.

Si vous êtes ici, vous devez donner quelque chose. Comme j’en ai parlé il y a quelques mois - juste une bénédiction. Juste une petite bénédiction. Mieux encore, que diriez-vous d'un email au personnel. Pas à Cauldre et à Linda, ils en ont plein, mais à l’équipe du cercle cramoisi et aux professeurs qui enseignent dehors, et à tous les traducteurs et interprètes incroyables, à ceux qui se réunissent sur les sites Web. Envoyer une lettre. Envoyer un email. Envoyez-les à cette adresse mail ? LINDA : crimsoncircle.com. ADAMUS : Uh, « quelqu'un » @ crimsoncircle.com. Vous pouvez vouloir l'écrire là pour que la Caméra fasse un zoom. Envoyez à… LINDA : Michelle, quelle adresse ? MICHELLE : info@crimsoncircle.com. ADAMUS : info@crimsoncircle.com. Pour tous ceux qui écoutent aujourd'hui, ceci est votre échange et vous aurez votre garantie de remboursement. Si vous n'aimez pas ce que nous avons à dire aujourd'hui, nous vous renverrons votre email. (beaucoup de rires) C'est la nouvelle énergie. Nous offrons des garanties sur votre illumination spirituelle. LINDA : Vous êtes étonnant ! ADAMUS : Alors envoyez-les… LINDA : Est-ce que Geoff va bien pendant que vous dites ces choses ? ADAMUS : … oh, il est dehors quelque part ailleurs. Il dort. C’est la fatigue due au décalage horaire. (rires) j'ai pris la relève. (Rires d'Adamus) oh, quelles choses nous allons faire aujourd'hui !

Ainsi, chers Shaumbra, sérieusement, nous faisons ceci ensemble. Nous faisons cela ensemble. C'est amusement, c’est laborieux parfois, cela peut comporter des défis, et je sais que je mets certains en colère - j'essaie de le faire. J'essaie, parce que cela fait bouger l'énergie quand vous êtes un peu en colère contre moi. Mais remerciez ce groupe qui est ici aujourd'hui. Bon nombre d'entre eux ont fait un long chemin pour être ici pour ajouter leur énergie, pour créer vraiment cet incroyable espace sûr ainsi vous (regardant dans la caméra) pouvez participer. Et si vous ne regardez pas en live en ce moment, si vous lisez ou regardez ceci plus tard, je vous parle aussi bien. Envoyez des remerciements, envoyez une bénédiction, parce que c’est de cette façon que nous pouvons continuer à faire évoluer et expanser tout ce nous faisons ensemble. Ce n'est pas un groupe pour ceux qui veulent être des traînards, pour ceux qui veulent juste faire un tour bon marché. Ce groupe entre vraiment dans la nouvelle énergie, car vous allez le voir et l’expérimenter vous-même aujourd'hui.

Prenons une profonde respiration …

(pause)

… pendant que nous commençons notre voyage - un voyage qui commence dans ce moment présent et s’expanse, un voyage dans des niveaux plus élevés d’éveil et de conscience, un voyage dans… d'ailleurs, je doivent m'arrêter un instant. Certains sont absolument choqués en ce moment. Pas nécessairement ceux qui sont ici, vous l’avez été avant (rires), pour la plupart. Mais certains sont absolument choqués. « Est-ce une réunion spirituelle ? ! » Uh, No. (rires étouffés d'Adamus). Non, je suis désolé. Allez quelque part ailleurs sur le Web. C'est une réunion d’éveil et de conscience. Certains sont choqués que nous puissions avoir ce type de réunion sacrée et que nous soyons turbulents.


Savez-vous comment c’était dans les écoles de mystère il y a des centaines d’années ? Les gens se battaient, se tiraient les cheveux et criaient entre deux morceaux de belle musique et… LINDA : Quelqu'un a marché dehors déjà. J'espère que vous êtes fier. (rire) ADAMUS : Entre se tirer les cheveux et… nous avons eu la musique. Nous avons eu la respiration, beaucoup de respiration, mais nous étions très vrais, comme vous le savez probablement à ce jour. La spiritualité ou la conscience sans réalité est très fausse, elle est très fausse. Ici nous devenons vrais - vrai ? - de toutes les manières. Nous permettons la pleine expression et nous ne nous soucions guère de ce qu'ils pensent. Oui, oui ! Absolument ! (applaudissements de l'assistance) et bienvenue, oui. Oui. (rires parce que quelqu'un rentre de nouveau dans la salle). Quelle voix écoutez-vous ?

Alors, aujourd'hui j'ai décidé que nous allons faire des questions et réponses. LINDA : Quoi ? ! ADAMUS : Nous n’en n'avons pas fait depuis un moment, alors… (une personne applaudit dans l'assistance) vous allez être le seul à applaudir, parce que je vais poser les questions (rires), vous allez essayer de répondre, et alors je vous donnerai la vraie réponse. LINDA : Ah, nous savons cela ! ADAMUS : Ce sont les questions et réponses d'Adamus.

Nous allons commencer par la première question aujourd'hui. À quoi ça ressemble dehors ? Je vais jeter un coup d'oeil. Belle… belle journée. ( rires car Adamus marche dehors hors de portée de vue). LINDA : Sans chaussures. C'est chouette. ADAMUS : Belle journée. Alors la première question à considérer avec attention est quelle est la voix que vous écoutez ? Quelle est la voix que vous écoutez ? SHAUMBRA : La mienne. ADAMUS : La mienne. Ça sonne bien. Ok. Tibor, Quelle est la voix que vous écoutez ? TIBOR : La votre.

ADAMUS : Ah ! Récompense. Récompense d'Adamus …. Nous avons maintenant les récompenses officielles d'Adamus. Il n’y a pas de réponse qui soit une réponse fausse mais très peu méritent la récompense d'Adamus. (Linda remet à Tibor une récompense d'Adamus). Nous y voilà. Et voudriez vous dérouler cela pour que chacun puisse voir ? LINDA : Allez-vous bénir cela ou quelque chose ou l'embrasser ? TYVER : Ah, certainement. ADAMUS : Ah, moment de suspens. Et voilà - la récompense d'Adamus. LINDA : L'as. ADAMUS : L'as. Linda en tiendra un pour la caméra. (Linda montre un pin d’as). ADAMUS : Joyce, quelle est la voix que vous écoutez ? JOYCE : La votre. ADAMUS : La mienne ? Cette réponse a déjà été donnée, et c’est une bonne réponse. Oui. Kerri, mais sur un niveau quotidien, Kerri, quotidien, quelle est la voix que vous écoutez ? KERRI : Malheureusement, un trop grand nombre de voix. ADAMUS : Un trop grand nombre ! Une autre récompense d'Adamus LINDA : J'ai seulement… souvenez-vous, les approvisionnements sont limités. ADAMUS : Ah, nous avons une abondance de nourriture à donner aujourd'hui si nous avons besoin. Merci. Ah, oui. Qui est le prochain ? Siglinde, quelle est la voix que vous écoutez ?

SIGLINDE : L’esprit. ADAMUS : Esprit. Qui est l’esprit, Siglinde ? Laissez-moi courir ici, et pourrions-nous avoir le micro ? Ici.

Ok, Siglinde. Siglinde a dit qu'elle écoute la voix de l'esprit. Okay, mais qu’est ce que l’esprit ? SIGLINDE : Nous tous. ADAMUS : Nous tous. Ainsi vous nous écoutez tous. SIGLINDE : Plus ou moins. ADAMUS : Plus ou moins. C'est réellement une très bonne réponse. Puisque Linda est avare aujourd'hui avec les récompenses d'Adamus, allons voir dans la poche de Cauldre et il a… (beaucoup de rires alors qu'Adamus sort un paquet de billets)… C’était une réponse à cinq dollars. (rires et applaudissements car Adamus donne un billet de cinq dollars à Siglinde) oh Cauldre, tu peux dépenser ça plus tard. Seulement, ne laisse pas les auditeurs voir ça.

Donc, quelle est la voix que vous écoutez ? Micro svp. LINDA : Il est sur la caméra. Vous n’avez pas à vous inquiétez à propos des auditeurs. ADAMUS : Quelle voix… (Adamus se racle la gorge) micro ? LINDA : Ah ! Je suis si perdue. ADAMUS : Quelle voix écoutez-vous ? MARY SUE : J'écoute la mienne, et vous allez détruire mon illusion, n’est-ce pas ? ADAMUS : Non, non, non, non, non. MARY SUE : Ok. ADAMUS : Je ne détruis aucune illusion. Je place seulement beaucoup de doute en elles. (rire) Edith… Edith, quelle est la voix que vous écoutez ? EDITH : Ma propre voix divine. ADAMUS : Et où trouvez-vous cette voix divine ? EDITH : À l'intérieur de moi. ADAMUS : À l'intérieur de vous. Alors si j'étais un chirurgien, je pourrais vous ouvrir et trouver… EDITH : Non… ADAMUS : Oh. EDITH : … non, non, Monsieur Je sais tout. (rires) ADAMUS : Vous écoutez votre propre voix divine de l’intérieur. Comment vous mettez vous à son écoute ? EDITH : Je dois être tranquille. ADAMUS : Vous devez être tranquille. Et alors vous entendez votre voix divine ? EDITH : Si je suis chanceuse. ADAMUS : Et combien de fois êtes-vous chanceuse - en écoutant des voix ? (rire) EDITH : Uh, bien… ADAMUS : Je répondrai pour vous – presque jamais. Une fois par une lune bleue, et c’est probablement un peu trop – J’espère que vous ne m’en voulez pas d’avoir répondu ; vous aviez raison, mais j'ai plus raison ( très, très rarement). SUE : Quelle est la voix que vous écoutez ? SUE : Bien, c'est l'aspect qui crie le plus fort actuellement. (rires) ADAMUS : L'aspect qui crie le plus fort ! bien, ça n’a pas l’air très bon, mais donnez lui une récompense, (rire) parce que c’est vrai ! C'est absolument vrai.

Ok, et monsieur, quelle est la voix que vous écoutez ? SHAUMBRA (homme) : Il y a un trop grand nombre. ADAMUS : Un trop grand nombre ! C'est correct. C'est comme des aspects. SHAUMBRA (homme) : Et éventuellement celle de l’espace du coeur. Et quelque soit celle qui tinte en ce moment, c’est la seule. ADAMUS : Est-ce que je pourrais écouter votre espace du coeur ? (rires. Adamus pose son oreille contre la poitrine de l'homme) tout que j'entends c’est boum-boum, boum-boum. Mais c'est une bonne voix à écouter. (À Linda). De l'autre côté de la salle. LINDA : Ah, laissez-moi courir. ADAMUS : Oui. LINDA : Ah, s’il vous plait, laissez-moi courir pour vous ! ADAMUS : Et après je vous veux pour écrire sur le tableau. LINDA : Oh bien ! ADAMUS : Mais nous n'avons pas beaucoup de temps, alors vous devez vous dépêcher quand vous marchez.

LINDA : laissez-moi être votre esclave ! ADAMUS : Alors Joep. Joep, quelle est la voix que vous écoutez ? JOEP : Beaucoup. ADAMUS : Beaucoup. Oui, oui. JOEP : Oui. ADAMUS : Bonne réponse. Je pense qu’il mérite une récompense d'Adamus. Oui, merci. Ok. Et une dernière… Vince, quelle est la voix que vous écoutez ? VINCE : cette petite partie bavarde de mon mental.

ADAMUS : Exactement. Ok, cela a été déjà pris, ainsi vous n'obtenez pas une récompense. Vous étiez juste un peu redondant, mais correctement redondant.

Ainsi, chers Shaumbra, ceci est un point important car nous allons de l’avant : Quelle voix écoutez-vous ? Et généralement que se passe t-il… prêt au tableau, s’il vous plait LINDA : Oh s’il vous plait, je me dépêche. ADAMUS : Titre - uh, une nouvelle feuille de papier. LINDA : Ah, bien sur. ADAMUS : Voix. LINDA : Quelle couleur aimez-vous ? ADAMUS : Vous choisissez. Devenir humain pour faire un choix… (rires) LINDA : Je suis très claire et je peux faire un choix. ADAMUS : Alors, voix. Généralement, aspects. Les aspects, comme vous le savez, sont des aspects. LINDA : Un « s » ou deux ? ADAMUS : A-s-p-e-c-t……a-s-p-e…. oui. Généralement vous écoutez la voix des aspects. Ils font partie de votre psyche ou de votre moi. Ils pourraient être de vos vies passées, pourraient être de cette vie, pourraient faire partie de vous dont vous n’avez pas réellement conscience qu’ils existent - mais ils font partie de vous. Chacun a son propre programme.

Finalement, leur ordre du jour est de retourner de nouveau vers vous, mais il y a beaucoup de conditions qui doivent être remplies pour que cela se produise, alors ils agissent avec leur propre programme limité et ils sont constamment en train de bavarder.

Maintenant, d'une certaine manière, vous ne distinguez pas nécessairement la différence dans la tonalité de leur voix, parce que tout vient à travers votre mental et que tous les sons sont les mêmes. Mais à n'importe quel moment donné vous pourriez avoir des centaines d'aspects en train de parler. Et ils le font. Ils bavardent tout le temps. Ils n'ont rien d’autre à faire. Ils n'ont pas de travail. Ils ne dorment pas. Ils n'ont pas d’enfants, autre que vous. C'était drôle. Ils passent – dans vos mots humains - 24/24h vous travaillant, vous manipulant. Eventuellement, ils reviendront, mais en ce moment ils sont attachés dans ce jeu. Ainsi les voix continuent encore et encore.

Elles se poussent et se mettent souvent mutuellement à la porte, essayant de se faire entendre par dessus l’immense bruit de votre psyché. Alors les voix parlent plus fort et plus fort et plus fort. Et que faites-vous ? Ce n'est pas une question piège, mais que faites-vous ? Larry ?

LARRY : Je deviens fou. ADAMUS : Larry, devient fou. Oui. Alors que faites-vous ? Vous avez toutes ces voix, vous devenez fou, et maintenant que se passe t-il quand vous devenez fou ? LARRY : Cela devient calme. ADAMUS : Non, non, pas tout. Vous n'obtenez pas de récompense d'Adamus. LARRY : Oh mince !

ADAMUS : Vous presque ( vous êtes sur le chemin d’en avoir une ) mais non, que se passe t-il quand vous commencez à devenir fou, que faites vous ( je ne parle pas de tous les autres ) ce que vous faites est que vous vous distrayez. Vous avez beaucoup de distractions et beaucoup d'excuses ( je ne vous harcèle pas ) beaucoup de distractions et n’importe quoi pour calmer ces voix.

Certains peuvent boire. Certains peuvent se comporter de manière très dramatique, parce que quand vous agissez dans le drame, soudainement votre voix devient beaucoup plus grande que les voix de vos aspects. Mais vous avez un asile de fous qui arrive, une cour de fous. Ce sont des voix, des voix, des voix de partout. Et ce que vous essayez vraiment de faire est d’essayez de bloquer ces voix. Mais vous ne pouvez pas, n’est-ce pas ?

Oh, chers Shaumbra, très peu d’entre vous ont touché un point dans la méditation où vous pouvez vraiment être dans le calme. Aucune offense, mais vous n’êtes pas de bons méditants. Mais vous êtes Shaumbra, alors… mais beaucoup ont essayé, ont fait l’effort de bloquer. Et vous devenez en fait, oh, presque bon pour pouvoir bloquer vraiment les choses, parce que vous vous isolez. Le bruit est toujours là, mais vous feignez qu'il n’y est pas. Et le bruit est tout autour.

Maintenant, en plus de vos aspects, il y a d'autres bruits. D'où viennent-ils ? SHAUMBRA : Des cassettes des parents.

ADAMUS : Les cassettes des parents. Excellent. C'est une récompense et un dollar. (rire) et je vais demander à Cauldre d’apporter beaucoup plus de liquide avec lui. (plus de rires)

LINDA : Qu’est ce que c’était ? ADAMUS : Vous remplirez cette salle tous les mois. LINDA : Et quelle est exactement la réponse ? ADAMUS : Parents. Les cassettes des parents. LINDA : Ah les cassettes des parents. ADAMUS : Qu’est ce que vos parents vous ont dit. LINDA : Oh-h.

ADAMUS : Ceux-ci jouent encore et encore et encore. Vous les avez sur l'unité du disque dur interne appelée le mental, le cerveau. Le cerveau, comme vous vous en souvenez, est un bloc de mémoires. Il stocke des souvenirs et les fait ressurgir. Ainsi vous pensez à faire quelque chose et les cassettes des parents reviennent. En élevant votre enfant - vos enfants - les bandes des parents reviennent. Ainsi ils jouent constamment.

Et quoi d’autre, quels sont les autres bruits qui viennent ? SHAUMBRA : Les églises. Les professeurs. ADAMUS : Les cassettes des églises et des professeurs. Église et professeur. LINDA : Église et professeur. (écrivant)

ADAMUS : Appelons-les « les cassettes de prédicateur/professeur. » Cassettes de prédicateur/professeur. Et ça continue - « vous êtes condamnés à l'enfer pour l’éternité. » C'est un long moment pour faire quelque chose. Ou alors votre professeur est constamment sur vous, vous disant que vous devez travailler plus dur, étudier plus dur. Les études ne vous rendent pas… connaissez-vous la meilleure façon d'étudier ? Posez le livre par terre et asseyez-vous dessus. Respirez. Respirez, et vous allez absorber l'information. (rires). Non pas par votre cerveau, mais par votre être énergique. Vous allez absorber l’information, et vous allez recevoir son essence. S'ils vous donnent un test à faire l’heure d’après, allez-vous pouvoir répondre par des réponses intellectuelles ? Non, mais vous aurez l'essence.

Quelles sont les autres cassettes que nous avons ? KATHLEEN : Les systèmes de croyance. ADAMUS : Mais quels systèmes de croyance ? SHAUMBRA : Les nôtres ? Ceux de nos aspects ? ADAMUS : Oui, cela revient au même que les aspects. Oui. SHAUMBRA : La conscience de masse. ADAMUS : La conscience de masse était ce que je cherchais. Combien voulez-vous ? SHAUMBRA (femme) : N’importe. ADAMUS : Un pin, un dollar, ou un baiser ? (beaucoup de rire)

SHAUMBRA (femme) : Je prendrai un baiser. (beaucoup de rire et d’applaudissement alors qu’Adamus l'embrasse)

ADAMUS : J’adore ce travail ! (plus de rire) Donc… et retour à Kathleen. Oui, vous êtes… qu’est-ce que vous avez dit ?

KATHLEEN : Les systèmes de croyance.

ADAMUS : Systèmes de croyance. Mais c'est une toile très emmêlée et noueuse (les systèmes de croyance ) parce que d'où viennent ils ?

KATHLEEN : De partout

ADAMUS : De partout. De partout – de vos aspects et de la conscience de masse et de vos prédicateurs et professeurs et des autres royaumes. Les autres royaumes comptent beaucoup dans les systèmes de croyance et les actions. Les entités qui traînent autour ( pas vous, mais vous savez de quoi je parle ) les personnes avec lesquelles vous travaillez, les personnes dont nous allons parler dans notre prochain atelier.

Oh, Cauldre me dit que je parle trop vite, mais vous savez, c'est un soulagement, parce que dans notre récent voyage en Asie j'ai dû parler si lentement que je suis devenu constipé. (rire). Je ne l’ai pas été, Cauldre l’a été. Mais il… c’est…

LINDA : Comment cela vous a t-il aidé à lire votre livre ?

ADAMUS : TMI. (rires) (TMI = trop d'informations)

LINDA : Comment cela vous a-t-il aidé à lire votre livre ?

ADAMUS : Donc il y a ces entités qui traînent et influencent les personnes qui sont particulièrement déséquilibrées.

Maintenant, s’il vous plait, ne courez pas à la maison, pour sauter à cloche-pied sur le lit, tirer les couvertures en vous demandant qu’elles entités essayent d’être avec vous à ce moment là, parce que vous savez, très facilement, s'il y en a, vous faites quoi ?

SHAUMBRA : On les tabasse. SHAUMBRA : On les met dehors.

ADAMUS : Les passer à tabac, courir d’une autre façon. Non, non, non. Vous faites un choix conscient. « Sortez de ma vie. » Soyez clairs. Ne soyez pas une tapette. N’essayez pas de les transformer. Soyez clairs. « Sortez de ma vie, maintenant. » Vous n'avez pas besoin d’eux, et si vous en avez besoin, il y a quelque chose dont vous avez besoin, dont nous parlerons en juin. C’est d’une thérapie.

Alors vous avez toutes ces voix qui continuent et quand vous vous arrêtez un moment, parce que la vie est devenue si folle, si accablante, et que vous vous écroulez, vous dites, « s’il vous plait, j'ai besoin d'aide de quelque part, de quelque chose ! » Et vous entendez toujours plein de voix, et vous avez toujours ce fouillis. Alors que faites-vous ?

SHAUMBRA : On respire. LINDA : On va faire des emplettes. ADAMUS : Vous devriez respirer, mais vous… vous allez faire des emplettes, ouais, ou vous vous retirez. Vous vous retirez et vous vous limitez, parce que vous ne savez plus quelle voix écouter. D'ailleurs, je ne désigne personne, mais j'essaie de vous aider à comprendre, parce que vous allez en aider beaucoup d'autres à comprendre – quelle voix entendez-vous. La voix vraie

suite dessous...

(c) Copyright message : Crimson Circle, Geoffrey Hope

(c) Copyright peinture : Bruce Harman

 

 

 

 

 

 

 

SHOULD 8 - partie deux sur quatre

La vraie voix est le corps de conscience. C'est une voix compatissante, et ce n'est pas simplement le divin. Comme nous en avons parlé lors de notre dernière rencontre, vous avez en sorte séparé le divin, vous l’avez mis dans un placard spirituel quelque part, verrouillé la porte et puis vous l’avez oublié dans le placard. Et je ne veux pas dire que le corps de conscience est simplement divin. Il est également humain. Il est également mental. C'est aussi vos futurs potentiels, et les potentiels passés ou d'hier qui n'ont jamais été actualisés ou jamais été réalisés.

Vous savez, comme nous en avons parlé avant, des choses vous sont arrivées dans le passé, mais c'est très faux, parce que pendant que vous aviez une expérience d'être, disons, dans… j'allais dire un accident de voiture, mais cela mettrait quelque chose dans votre esprit et vous pourriez en avoir un ce soir. Alors ne disons pas cela. Disons que vous avez eu dans le passé un incident où vous avez été très,très malade. Oh, maintenant vous pensez que vous allez tomber malade ce soir. (rires)

Bien, disons que vous êtes tombé très malade, et maintenant vous croyez que vous avez eu une période dans votre vie où vous étiez très malade et vous étiez presque mort. Et vous enregistrez cela maintenant comme un événement qui a eu lieu. Ce serait comme si ça avait été édité dans un journal et c’est ce qui est. Ce sont les nouvelles. C'est histoire, mais réellement pas du tout. C’était l'un des nombreux potentiels, des potentiels très vivants et réels. C’était celui que vous avez manifesté dans cette réalité, mais vous avez eu beaucoup de potentiels dans d'autres réalités qui ont été manifestés sous une forme non physique. Vous avez eu beaucoup, beaucoup d'autres potentiels qui ont été contemplés - vous avez pensé à eux à un certain niveau - mais ils n’ont jamais été actualisés. C'est votre vraie histoire - vos potentiels - pas ce que vous pensez qui s’est produit.

Mais je suis… vous en avez déjà eu pour votre argent. Déjà. Déjà. Alors, ne craignez rien (à Linda), je ne pense pas que vous aurez des requêtes. Et vous en ligne (regardant la caméra), commencez à écrire ces lettres de remerciements à l’équipe.

Ainsi la vraie voix et la voix qui émerge maintenant, celle que vous pouvez vraiment ressentir, c’est votre corps de conscience. La conscience c’est l’éveil. Nous avons parlé le mois dernier du corps de conscience ( le Je Suis de ce moment exact ). Hier n’a pas d’importance. La vie passée est hors de propos.

Les potentiels du futur peuvent en fait seulement être considérés ou contemplés à partir de ce moment. Vous n'entrez pas dans vos potentiels futurs pour les contempler. Il y a beaucoup de choses qui vont vous arriver, ou potentiels, Elizabeth, pendant le mois qui vient ( des choses merveilleuses, d'ailleurs). Maintenant, vous n'entrez pas dans le futur pour les contempler. Vous les contemplez à partir d’ici. Mais vous devez pouvoir faire confiance à la voix - La voix - et la raison pour laquelle vous entrez tellement souvent dans le passé ou que vous vous projettez dans le futur c’est parce que vous ne faites pas confiance à cette voix dans le moment présent. C'est étonnant. Etonnant.

Ce que nous allons faire aujourd'hui c’est commencer ce processus de confiance envers à la voix. Mais vous devez comprendre d'où viennent toutes les autres voix ( la conscience de masse, les extra terrestres, les autres entités non physiques).

LINDA : Extra terrestres ?

ADAMUS : Bien sur, extra terrestres ( tout le monde a besoin d'un petit extra terrestre de temps en temps ), fantômes, spectres. Spectres ( j'aime ce mot ). Spectres. Ils sont tout autour. Et vraiment la chose drôle c’est qu’il pourrait y avoir des spectres dans la pièce en ce moment. Il n’y en a pas aujourd'hui. Mais ( ils ne sont pas là ) les spectres sont des fantômes, des morts, qui errent sur la terre, qui n'ont pas été libérés.

LINDA : Vous entrez dans quelle catégorie ? (rires) ADAMUS : Uh… Grand. Maître ascensionné. LINDA : Ohhh ! qu’est ce qui ne va pas avec moi ! Ah ! Une nouvelle catégorie. Ah ! ADAMUS : Oui, et, oh, aussi si vous voulez, des voix ( mettez y Adamus ). LINDA : Ah, les grands maîtres ascensionnés. SHAUMBRA : Je suis ce que je suis. ADAMUS : Oui vous êtes. SHAUMBRA : Merci.

ADAMUS : Oui. Ainsi, ce que nous faisons maintenant c’est entrer dans la conscience de la voix de votre corps de conscience, votre conscience. Elle ne parle pas une langue. Nous savons tous cela. Nous avons parlé du sans définition, sans mots. La voix est réellement un terme mal approprié, mais il est le plus proche que nous puissions avoir ici, mais c'est le ressenti, le savoir dans l’instant. C'est cela la voix.

Vous n'allez pas entendre des sons, des mots, dans votre tête. Vous allez peut-être sentir quelque chose dans le coeur, dans le ventre, mais vous allez sentir un… je le définirai en utilisant la définition de Cauldre quand il entre dans la connexion ( je déteste ce mot ‘canal’ ) quand il est entre dans le mode de connexion. Il y a une énergie dorée, comme du miel, chaude, douce qui coule, qui crée ces frissons qui vont de la tête aux pieds. Et c'est cela la voix. C'est le savoir que vous êtes là, et c’est ce que vous sentez ou que vous devenez conscients ou que vous entendez, faute de meilleurs mots.

Elle peut ou ne pas avoir d’attributs de votre humanité. Cette voix est en partie votre humanité, ainsi vous pouvez entendre une partie de cela, mais c'est le tout. Cela demande une confiance implicite ( faites vous confiance ) parce que ce qui se passe, au moment où vous commencez à écouter la voix du corps de conscience, le Je Suis, chacune de ces voix commencent à arriver. Pourquoi ? Parce que c’est un moment tranquille pour la maman et le papa. C’est un moment tranquille pour vous, et c'est une occasion pour elles de commencer à montrer leur ordre du jour, de commencer à se positionner contre la concurrence, de commencer à vous obliger à agir quelque soit leur déséquilibre.

Alors soudainement il y a cette pléthore d'autres voix qui entre, et à ce point vous vous souvenez du Je Suis, de qui vous êtes. Non,… est ce que je peux jurer ?

LINDA : Oh, s’il vous plait. ADAMUS : Ok. Non, oh, il y a… LINDA : Pas le mot F. N’employez pas le mot F. ADAMUS : Ah, jamais, jamais, jamais, jamais, jamais. LINDA : Cela offense trop de personnes. ADAMUS : Non… oh, j'emploierai un mot gentil. Pas de fausseté au sujet du Je Suis. LINDA : Oh, allez, vous pourriez employer ce mot. ADAMUS : Quel mot ? SHAUMBRA : Merde. ADAMUS : Non, il y a deux syllabes. LINDA : La merde a deux syllabes ? ADAMUS : Oui si vous mettez une vache devant elle. LINDA : Ah ! ! Ah, connerie. (littéralement, bullshit = merde de taureau) ADAMUS : Ouais, oui, oui. Regardez, maintenant elle l'a dit, pas moi. (rires) je ne me servirais jamais d'un langage immonde en parlant à un groupe. LINDA : Je suis en service ! (rire)

ADAMUS : Mais, vous savez, parfois quand vous dites, « Je suis ce que je suis » - nous avons fait ceci avec des groupes de Shaumbra autour du monde. Bien, faisons le maintenant…. Ok. Je vais vous demander, dans un petit moment, de dire « Je suis ce que je suis. »

Je compte jusqu’à trois - un, deux, trois : ASSISTANCE : « Je suis ce que je suis. » SHAUMBRA : Alléluia.

ADAMUS : (riant) ce n'est pas un groupe pour le renouveau de la foi ! (rire) bien, ou peut-être c’en est un. Peut-être que c’en est un.

Non, c'était réellement mieux que prévu. Essayons encore une fois de plus, mais avec un peu plus de vrai dedans, un peu plus de cran, un peu plus de vous dedans. Je compte jusqu’à trois, et faisons ceci pour l'assistance en ligne qui ne paye pas. A trois - un, deux, trois :

ADAMUS ET ASSISTANCE : « Je suis ce que je suis. »

ADAMUS : Pas mal. Pas mal. Vous vous demandez toujours si vous pouvez le croire, mais vous commencez en fait à le croire. Excellent.

Ainsi vous vous rappelez à vous-même lors de ce processus d’écoute de votre vraie voix que « je suis ce que je suis ». « Je suis ce que je suis. » Alors ces autres voix commencent à s’installer. Elles ne partent pas nécessairement. Vous ne les bloquez pas à l’extérieur, mais soudainement elles écoutent. Elles écoutent et disent, « c’était quoi ça ? Qu’est ce que Marc a dit ? Est-ce que j'ai vraiment entendu Marc dire ` je suis ce que je suis ' ? ».

Bon maintenant, elles n’adhèrent pas encore vraiment, mais une partie d’elles, cette lumière à l’intérieur, veut y adhérer. Alors elles s'arrêteront un moment et elles écouteront encore tandis que vous dites… (Adamus se penche vers Marc)

ASSISTANCE : « Je suis ce que je suis. »

ADAMUS : Je voulais que ce soit Marc qui le dise, mais c'était bien. (rire) et ainsi…

MARC : J'ai beaucoup de voix (beaucoup de rire d'Adamus et de l'assistance). Nous avons besoin d'une récompense pour Marc pour son intelligence et son humour.

LINDA : Voulez-vous le lui remettre ? ADAMUS : Non, non. Vous. Vous êtes « celle qui remet » officielle. LINDA : J’en suis heureuse. ADAMUS : Pour l’humour. LINDA : Je suis en service. ADAMUS : Alors toutes ces voix s'arrêtent un moment et encore, vous dites, Marc… MARC : Je suis ce que je suis.

ADAMUS : Oui. Et elles s’apaisent pendant un instant. Elles sont prêtes à bondir encore à n’importe quel moment, mais elles s’apaisent pendant un instant. C’est dans cet espace sûr et sacré que vous commencez vraiment à entendre votre vraie voix, la voix de votre corps de conscience, votre voix éveillée.

Essayons-le maintenant. C'est un espace sûr ( Mon dieu, j'espère ). Nous l’avons fait pendant dix ans ici, sans accidents graves. Ainsi c'est un espace sûr. Vous savez toutes ces voix vous hantent parfois, mais maintenant vous commencez vraiment à réaliser ce qu’est le Je Suis. Vous ne les laissez plus exploiter la ferme, vous en reprenez la direction. Vous vous reprenez vous-même. Vous reprenez votre Je suis ce que je suis.

Nous allons jouer un peu de musique de fond, juste pour que votre mental pense qu’il fait quelque chose, et je vous demande d'être très audacieux et d'ouvrir votre conscience. N’écoutez avec vos oreilles, mais écoutez avec votre corps de conscience, votre être entier. Écoutez-vous, ressentez-vous et connaissez vous.

Nous allons demander à notre ami John de mettre un peu de très belle musique ( une musique multidimensionnelle et très favorable ). Prenez une profonde respiration
 
[« Lemurian homecoming » par Anders Holte. La musique joue environ 5 minutes]

[Adamus se tient silencieux pendant une autre minute] ADAMUS : Prenez une profonde respiration … détendez-vous.. 

Détendez-vous.

Wow. Je suis très très impressionné par ce groupe entier. La composition musicale ou la tonalité était d'Anders Holte d'Allemagne. Beaucoup d'entre vous connaissent son travail. Et ce n’était pas la tonalité de la voix que vous écoutez. C’était en fait plus une distraction qu’autre chose.

LINDA : N’utilisez pas les toilettes. (rires. Adamus marche jusqu’aux toilettes des hommes) ADAMUS : Ce que vous êtes vraiment en train de faire est de laisser votre mental se concentrer dessus pour vous permettre de commencer à vous détendre… LINDA : Ne faites pas ça ! ADAMUS : … alors vous pourriez commencer à entrer dans cet état calme. ( bruit de la chasse d’eau ) et… oh… (beaucoup de rire) LINDA : Honte sur vous ! ADAMUS : Alors pendant que la tonalité continuait, vous pouviez laisser aller, vous détendre un peu et quand la musique s'est arrêtée… LINDA : Avez-vous remonté votre fermeture éclair ?

ADAMUS : Quand toutes ces voix se sont un peu calmées, quand tout c’est apaisé puis quand la musique s’est arrêtée et que c’était calme, vous avez eu une minute de vrai et de réel calme. Et vous remarquerez que vous n'avez pas nécessairement entendu une grande voix. Vous vous sentiez simplement très bien. Ça c'est la grande voix. Ça c'est le corps de conscience.

Aucune agitation, aucun questionnement pour savoir si vous faisiez les choses comme il faut. Regardez, vous pensiez que nous le faisions et en fait, vous vous êtes détendus car vous ne faisiez plus vos devoirs, vous attendiez juste que je recommence. Ce moment, ce bref moment, c’était quand la vraie voix intérieure est venue.

Elle ne vous dit pas quoi faire. S’il vous plait, s’il vous plait, n’attendez pas qu’elle vous dise quelle voiture acheter, où aller en vacances ou n'importe quoi d’autre de ce genre. Cela est tellement vieux, ça c’est quand vous aviez besoin de quelqu'un ou de quelque chose pour vous dire quoi faire. Elle n'en a pas besoin, elle ne le veut pas. Elle veut juste être avec vous. C'est la plus grande voix de toutes - vous-même voulant être avec vous. Vous vous sentez dans une telle sécurité maintenant plutôt que dans une dure réalité qu'elle peut simplement être avec vous. C'est la seule voix dont vous avez besoin. Vous n'avez pas besoin de messages. Vous n'avez pas besoin de réponses définies. C’est ce que vous écoutez.

Cette composition de tonalité multidimensionnelle d'Anders est une manière merveilleuse de rentrer dedans. Je crois que vous pouvez le trouver dans votre site Web. [ Lemurian homecoming est dans le magasin Shaumbra] Si vous choisissez cela ou autre chose, c'est une manière super d'entrer dans cela et ensuite de permettre cet espace sûr et tranquille. Vous allez commencer à entendre, ressentir la vraie voix. Conscience et nouveaux potentiels

... suite dessous...

(c) Copyright message : Crimson Circle, Geoffrey Hoppe

(c) Copyright peinture : Bruce Harman

 

 

 

 

SHOULD 8 - partie trois sur quatre

Passons à la question suivante d’aujourd'hui. Et juste pour ceux de vous qui sont en train de se demander, vais-je répondre à la question : ‘est ce que Jésus est mort sur la croix ?' C'est Pâques. C'est Pâques Aandrah. Les centaines de Shaumbra autour du monde veulent savoir. Je pourrais, si nous avons le temps. Je pourrais. C'est une réponse fascinante.

J’ai… bien, en fait nous avons tous un rendez-vous. J'ai oublié de vous le dire. Et la raison pour laquelle je vais devoir y aller, vous savez, bien disons, cinq heures - oh, disons, six heures (rires) – c’est parce que nous travaillons sur quelque chose en ce moment. Vous ne saviez probablement pas. Vous saviez (parlant à Linda) parce que vous vous êtes sentie dans un état affreux et que vous avez pensé que c’était à votre sujet, mais ce n’est pas ça. Ce n'est pas ça. Ooh, je chante ! (rire) (Adamus commence à chanter) Hmmm, Ce n’est pas à votre sujet ! (plus de rire)

Donc nous travaillons à quelque chose en ce moment, parce qu'est c’est ce que nous faisons. C’est ce que vous faites. Prenez une respiration profonde et j'expliquerai ce que c'est. Il y a actuellement une attaque terroriste prévue pour demain, Pâques. Oui, cela fait sens. Une petite rupture des services sacrés religieux - c'est pour attirer l’attention -. Cela va apparaître dans les informations. Cela fait de grandes nouvelles. Et honte sur ceux qui font des actes terroristes sur des vacances sacrées, quelque soit la religion, mais ce sont des vacances sacrées. Cela n’a pas d’importance si vous honorez la vie ou les morts, mais c’est sacré. Et il y a un plan en cours, et c'est pourquoi je dois partir d’ici plus tôt pour aller travailler avec les terroristes – pas pour les encourager, bien sur - et vous travaillez avec eux aussi. 

Alors que faisons-nous quand nous travaillons avec un groupe de terroristes qui prévoient la destruction de vies humaines précieuses sur une grande échelle ? Est-ce que nous y allons et hurlons après elles, Steve ? STEVE : Non. ADAMUS : est ce que nous prions pour eux, Marilyn ? MARILYN : Si vous voulez. ADAMUS : Si… non, vous, donnez moi un dollar. (beaucoup de rire). Donnez-moi un dollar. Donnez-moi un dollar pour elle ! (s’adressant à son frère, plus de rire). Je transformerai ceci en une société rentable d'une manière ou d'une autre. (rires). Vous ne priez pas pour eux, parce que c'est votre ordre du jour. C'est votre manque de compassion… désolé, mais je recevrais un dollar pour cela.

Alors, est ce que nous entrons et utilisons l'énergie psychique sur eux ? SHAUMBRA : Non. ADAMUS : Non. Non, non, non, non. Alors que faisons-nous ? SHAUMBRA (criant du fond) : Honneur. ADAMUS : Ok. Nous… SHAUMBRA : Avoir de la compassion. ADAMUS : Compassion. LINDA : Vous voulez une liste ? ADAMUS : Bien sur. EDITH : Ce serait mieux d'engager un tueur à gage. (beaucoup de rire)

ADAMUS : Donnez moi votre… je veux votre portefeuille ! Je veux cette damnée chose entière ! Je veux tout ! (beaucoup de rire) Aandrah, êtes-vous occupée demain ?

AANDRAH : Oui. ADAMUS : J'ai besoin d'une session.

Alors, compassion. Absolument. Vous y allez – à vrai dire, nous entrons - avec compassion. Et nous sommes là en ce moment. Une partie de vous est là en ce moment dans cette planification, pendant cette réunion de terroristes. Nous allons là bas avec une conscience expansée. En d'autres termes, ces choses n’ont pas à se produire. Il n'y a aucun destin. Nous allons dedans avec une conscience de potentiels plus grands. Pas pour infliger, pas pour exiger. Mais ce serait comme marcher parmi eux avec un énorme panier de cadeaux et dire, « que pensez vous de ça, au lieu de - boum - ceci ? Que diriez-vous de choses comme s'aimer au lieu d'être en colère contre votre mère et penser que vous devez faire sauter le monde ? » Que diriez-vous de ce panier de cadeaux, ce potentiel, qui dirait, « vous êtes Dieu, alors agissez comme lui, » plutôt que dire, « c'est Dieu et ces autres règles et suivez les ou nous allons vous tuer. »

Donc nous rentrons avec un sens très expansé de conscience, et peut-être, juste peut-être, ils l'absorberont. Ils le sentent. Peut-être qu’un dans le groupe ou cinq dans le groupe s’arrêteront un moment et diront « je sens quelque chose. J'entends une voix. Je sens quelque chose, et, vous savez, est ce vraiment ce que nous voulons faire pour que notre voix soit entendue ? » C'est tout ce qu'ils essayent de faire, que leur voix soit entendue. « Peut-être nous n'avons pas besoin de faire exploser les choses, mais peut-être, juste peut-être, pouvons nous commencer à nous regarder, comment nous individuellement, un par un, bien que nous portions ce costume de terroriste, comment peut-être pouvons nous commencer à changer le monde en nous changeant nous même ; là où nous pouvons surmonter le contrôle et la colère ; là où les aspects de nos vies passées dressent leur tête hideuse et veulent faire exploser les choses. »

Alors, Shaumbra, quand nous entrons dans cette énergie, ce que nous faisons en ce moment, dans ce rassemblement de terroristes qui travaillent sur les dernières minutent de leur plan, nous rentrons avec cette compassion. D'ailleurs, c'est la même chose que traiter avec vous-même, parce que - (à Linda) reprenez les pages avec les voix s’il vous plait - ce sont des terroristes. Ce sont des terroristes. Aandrah ? Oui. Aiment -ils faire sauter les choses ?

AANDRAH : Oui.

ADAMUS : Parfois oui. Oui. Parfois ils aiment juste l'effet hypnotique. Parfois ils aiment juste beaucoup pleurer, mais oui, certains d'entre eux aiment faire exploser les choses à l’intérieur de vous. Faire exploser ça (Adamus montre la tête). C'est une cible facile.

Bon, revenons à notre discussion. Il y a vraiment un groupe de terroristes qui planifient quelque chose pour demain. Alors ici nous nous asseyons et nous disons que cette énergie, cette énergie de colère bloquée, de contrôle, peut être transmutée, pas par la force mais par la compassion et l’honneur, pas par des bras de fer ou la négociation, croyez le ou pas. Nous ne le faisons pas… je ne négocie absolument pas.

Si vous comprenez vraiment le Je Suis, il n’y a aucune négociation. « Je suis. Je ne vais pas le négocier. Je suis ce que je suis, rien de plus, rien de moins. » Ainsi nous y rentrons avec notre présence, et peut être notre présence sera ressentie par eux.

Alors qu’est ce qu’il se passe ? Bien, un scénario parmi plusieurs autres. Demain vous vous réveillez et il y a quelques nouvelles très mauvaises. Naturellement, aucun de vous ne veut vraiment ce potentiel. La plupart des gens ne le veulent pas. Ou demain il y a quelques nouvelles intéressantes. Un groupe de terroristes sur la partie finale de leur plan a fait quelque chose de stupide. Leur plan est allé de travers. Ils ne pouvaient pas faire sauter la bombe dans leurs sous-vêtements. (beaucoup de rires) je ne comprendrai jamais celui-là. (plus de rires)

Je dois dire, les terroristes… (à Linda). Pouvez-vous retourner à la page des voix. LINDA : Avec plaisir.

ADAMUS : Les terroristes ne sont pas très futés. Ils ne le sont vraiment pas. Ils sont forts, mais ils ne sont jamais intelligents, jamais. Jamais. Donc il y a un autre potentiel. « Les fonctionnaires du gouvernement découvrent le plan… » complétez les blancs, détruisez quelque chose. « À la dernière minute cela a été contrecarré. » C'est quand vous avez un grand sourire sur le visage et dites, « Bon sang que nous sommes bons ! » (rires) et nous n'avons pas eu à forcer quoi que ce soit. Nous avons juste pris notre conscience dans le moment présent et l'avons placée là bas. Stupéfiant ! Magique ! En fait, ce n’est pas magique du tout, c’est si simple qu'il n'y a rien de mystérieux à ce sujet.

Ou le troisième scénario : rien. Rien. Vous ne lisez rien à ce sujet. Rien ne se produit demain. Cela va et vient comme un autre jour, parce qu'à un certain niveau du plan il s’est juste effondré. Il a échoué, quelques soient le petit détail ou les détails. Ou peut-être que le chef du groupe a soudainement eu une crise cardiaque et qu’il est tombé dans les pommes. Ce n’est pas nous qui l’avons causée, mais vous savez, chers Shaumbra, quand il y a beaucoup d'énergie de coeur telle que la votre et que vous l’étendez, cela peut affecter le cœur de quelqu'un. S'ils ont vraiment bloqué leur énergie, cela peut la faire sortir soudainement, trop vite.

Donc vous n’avez rien lu, rien ne s'est produit, et alors vous vous demandez, « bien, est ce qu’Adamus a inventé tout ça ? Parce qu’il n’y a aucun scénario, Adamus avait raison. Aucun scénario. » Alors le bon scénario pour moi est que le complot est contrecarré et fait la une des journaux. Le mauvais pour tout le monde est que cela fonctionne et que les terroristes ne sentent pas notre présence. Et celui qui en fait serait le meilleur est, bien, moi, je ne vais pas le compter comme étant le meilleur, mais celui en fait que je sentirais bien est que rien ne se produise, leur plan échoue, parce que cela indique que la conscience s’expanse vraiment. Elle ne va pas tolérer l'intolérance.

LINDA : C'est bien. ADAMUS : Elle ne va pas permettre à cette vieille énergie de contrôle de continuer. LINDA : Est-ce que je peux écrire cela ? ADAMUS : Oui. Je n'ai aucune idée de ce que j'ai dit, mais…

Alors, chers Shaumbra, prenons un moment, si vous voulez. Nous travaillons là dessus – nous tous (à la caméra). Vous pouvez arrêter d'écrire ces lettres de remerciements et prendre un moment maintenant pour prendre une profonde respiration. Le monde est un bel endroit. Il l’est vraiment. Il n’y a aucune expérience comme celle là. Vous ne pouvez vraiment pas ascensionner dans les royaumes angéliques. Vous pouvez aller là bas pour récupérer d'être sur terre (rires), mais vous ne pouvez pas ascensionner. Vous pouvez aller là bas pour vous cacher entre vos vies aussi, mais c’est ici. C’est ici que nous faisons ce travail.

Et cette bataille entre les terroristes et ce qui vient du coeur, le compatissant et l’éveillé, cette bataille entre les forces de l’ancien et la conscience du nouveau, n'est pas en relation qu’avec la terre vous savez. Cela affecte et a de grandes implications également dans les autres royaumes. Il y a des royaumes angéliques… oh, je vais parler des anges un de ces nos jours. Je vais vous mettre réellement au courant au sujet des anges et ce n'est pas aussi duveteux que vous pourriez le penser. (quelques rires). C'est une chose étonnante, mais il y a des êtres angéliques qui se tiennent vraiment en arrière. Ils ne veulent pas que la création avance, quelqu’en soient les raisons. J’irai là dedans. Pouvez vous écrire cela sur la liste des choses que nous allons faire avant que je parte.

LINDA : Oh, oh.

ADAMUS : … nous allons faire un atelier sur les anges et nous l'appellerons quelque chose comme (avec une voix dramatique) « Les anges - forces du bien ou forces du mal. » (rires)

LINDA : Qu’est ce que vous voulez ici, atelier sur les anges ?

ADAMUS : L'atelier sur les anges est assez bien pour maintenant. J'essaye d'aider le marketing en gardant les choses en mouvement. C'est pourquoi j'offre le remboursement garanti sur cet atelier aujourd'hui.

Est-ce que quelqu’un veut son remboursement pour le moment ?

SHAUMBRA : Non.

ADAMUS : Bien. Nous ne l’avons pas fait.

Alors, laissons notre conscience et notre compassion s’expanser dans cette énergie, dans cette conscience du groupe de terroristes. Juste être là. Prenez une profonde respiration et soyez juste là. Pas de sermon. Votre voix n’a pas besoin d’aller bavarder avec eux, tout comme vous n’avez pas besoin des autres voix venant bavarder avec vous. Juste être là, chaque partie de vous…

(pause)

Votre sagesse…

Ce que vous avez appris tout au long de ces années au sujet de la conscience et de l'énergie…

(pause)

Apporter cela avec vous.

Ce que vous savez des conflits internes chez vous-même, ce que vous savez des batailles contre les moulins à vent, comme cela est vraiment une grande illusion.

Comme vous le savez, quand finalement vous vous aimez et vous vous faites confiance, il n'y a aucun besoin d’aucune forme de terrorisme. Vous n’avez pas à faire exploser les choses pour les faire avancer.

Soyons juste là, en ce moment.

(pause)

Comme vous avez probablement déjà deviné… que vous êtes arrivés à comprendre… ce groupe n’opère pas simplement dans un endroit géographique sur la planète. Ils fonctionnent dans les royaumes non physiques. En fait, vous pourriez dire que les humains qui fonctionnent dans les royaumes physiques sont manipulés par les êtres des autres royaumes qui projettent sur les humains leurs voix et leurs ordres du jour.

Soyons juste là dans tous les royaumes… dans la vraie présence du Je Suis.

(pause)

Et maintenant revenons doucement, doucement nous concentrer ici, mais en fait une partie de vous est toujours là. Et rappelez-vous, aucune attente de résultat. Aucune attente. A partir du moment où vous mettez une attente, vous commencez à mettre un déséquilibre là-dessus. Alors, pas d’attente de résultat ; C’est ce que c’est.

Prenons une respiration profonde, et continuons à travailler ici, mais il y a une activité qui arrive. Je ne peux pas attendre notre prochaine rencontre pour en parler. 

 

Qui tire les ficelles ?

Changeons de vitesse pour l’instant. Je vais vous demander qui tire les ficelles dans votre vie ? Je vais demander à Linda de courir dans la salle avec le micro.

LINDA : Avec plaisir.

ADAMUS : Donc, je vais commencer juste ici. Commençons ici, Garret. Qui tire les ficelles dans votre vie ?

GARRET : La plupart du temps ce sont mes aspects qui crient.

ADAMUS : Souvent ce sont les aspects qui… merci pour cette réponse très honnête. Absolument. Bon. Linda, vous sélectionnez et choisissez cette fois.

LINDA : Ok. Quelqu’un veut lever la main ? Voulez vous oser ?

ADAMUS : Qui crée la réalité dans votre vie ? Et oui, c'est une question piège. LINDA : Elles le sont toutes. ADAMUS : Qui crée la réalité ? MARY : C’est souvent mon mental.

ADAMUS : Votre mental, oui, c’est une bonne réponse. Pouvez-vous apporter quelques récompenses d'Adamus avec vous, parce que j'ai le sentiment que ceci va être meilleur que ce que j'avais prévu. Ainsi, parfois c'est votre mental.

LINDA : Y a-t-il un gagnant du prix ? ADAMUS : Oui, à Mary. Mary obtient un prix. Ainsi qui tire les ficelles ? Je sais que vous voulez la réponse. (s'adressant à Jane). Vous êtes si radieuse aujourd'hui.

JANE : Merci. C'est la liste qui est là. Tout est pareil.

ADAMUS : La liste qui est là. Oui, c'est bien. Pas mal de gens ont fait cette liste, ainsi je ne peux pas vous donner de récompense, mais vous avez raison. Je ne vais pas vous embarrasser devant des millions de personnes. Des milliards, peut-être. Oui.

SHAUMBRA (femme) : Moi. Je tire les ficelles. Je crée ma propre réalité. ADAMUS : Vous. Vraiment ? SHAUMBRA (femme) : Oui. ADAMUS : Vraiment ? Avez-vous choisi vos parents? SHAUMBRA (femme) : Oui. ADAMUS : Vraiment ? Quand ? SHAUMBRA (femme) : Avant de descendre sur cette planète. ADAMUS : Vraiment ? ! Vous en rappelez-vous ? SHAUMBRA (femme) : non. ADAMUS : Qui était là avec vous ? SHAUMBRA (femme) : C'est une très bonne question. ADAMUS : Mais vous dites que vous créez cette réalité, pourtant… SHAUMBRA (femme) : Ici sur terre. Ici sur terre. ADAMUS : Ici. SHAUMBRA (femme) : Oui. ADAMUS : Ok, mais cela n’a-t-il pas commencé par vos parents ? SHAUMBRA (femme) : Oh oui. ADAMUS : Ok. Mais vous ne vous en rappelez pas. SHAUMBRA (femme) : Je ne me rappelle pas les avoir choisis, mais je sais que je l’ai fait. ADAMUS : Vous pensez que vous l’avez fait. SHAUMBRA (femme) : Correct.

ADAMUS : Mais vous ne savez pas ce que vous avez fait autrement vous me diriez comment était la réunion avec les autres anges et comment vous avez choisi vos parents. Vous n'avez pas choisi votre…

SHAUMBRA (femme) : Bien, je pourrais composer une bonne histoire.

ADAMUS : Oui. Faites le DreamWalker sur la naissance. Vous découvrirez que vous avez été aspirée par le tube vers la terre fondé sur beaucoup de désirs non satisfaits donnant des coups de pieds et criant. Ce n'était pas un choix conscient, je déteste vous dire ça.

SHAUMBRA (femme) : Ouais, okay. ADAMUS : Avec amour et compassion, mais vous ne l'avez pas choisi. SHAUMBRA (femme) : Ok. ( rires car Linda remet à Adamus une récompense) ADAMUS : Je voulais de l'argent ! Ainsi qui tire les ficelles ? Greg ? GREG : Malheureusement, parfois c'est la bureaucratie. ADAMUS : Oui, la bureaucratie qui tire les ficelles. Elle tire les ficelles, mais vous y adhérez comme une petite marionnette. (Adamus danse comme une marionnette) oui. LINDA : Oh qu’il est mignon ! Faire le encore. ADAMUS : Comme une petite marionnette, parce que vous adhérez au système de croyance que la bureaucratie a le dernier mot. GREG : Pas toujours. ADAMUS : En général. Pas toujours. Non, non. Souvent. Pas toujours du tout, mais c’est une bonne observation. Ok. LINDA : Obtient-il un prix ? ADAMUS : Pas tout à fait, non, non. Les prix sont pour ceux qui amènent vraiment tout le monde à aller dans le « ooh » et le « ahh. » Nous avons une main ici. LINDA : Ah, très bien. Vous êtes courageux, monsieur. ADAMUS : Qui tire les ficelles ? TIBOR : Ma première pensée serait que je ne sais pas. Absolument je ne sais pas, mais… ADAMUS : C'est bien. Laissez-le là. Donnez-lui un prix. Mais maintenant vous pouvez continuer. Oui, allez-y.

TIBOR : Lorsque je lâche le fait d’essayer de me le représenter, vous ne pouvez pas vous représenter les « je ne sais pas, » c’est comme si nous étions en train de co-créer. Plus je laisse aller les « je ne sais pas, » plus je nous permets de découvrir ce que nous voulons vivre et expérimenter. (Quelqu'un dit, « Wow.")

LINDA : D'où êtes-vous ? TIBOR : De la Source. ADAMUS : Source ! (Rires d'Adamus, rire de l'assistance et applaudissements). Je voudrais aller voir notre table ici. LINDA : Oh mon dieu. ADAMUS : Ils ne sont jamais inclus. Ainsi, chacun d’entre vous peut répondre. Qui tire les ficelles ? MICHELLE : Mon corps de conscience.

ADAMUS : Votre corps de conscience. Ok, bon. Gardez maintenant le micro parce que nous allons aller avec ceci. Ainsi, votre corps de conscience. OK, mais vous venez juste d'apprendre il y a un mois au sujet du corps de conscience.

MICHELLE : Hmm ADAMUS : Alors qu’en est t-il de toutes les autres expériences de votre vie jusqu'en février 2010, d'où est ce qu’elles viennent ? Qui tirait les ficelles ? MICHELLE : Mes aspects. ADAMUS : Aspects. Oui, oui. C'est bien. MICHELLE : Mes aspects ont tiré les ficelles, mais je sens réellement que c’est mon corps de conscience qui serait juste pour moi. ADAMUS : Vrai. MICHELLE : Alors pour moi c'est mon corps de conscience. ADAMUS : C'est une bonne réponse, mais aucun de vous n’y croit vraiment encore. Aucun de vous ne l’avez expérimenté encore. LINDA : N’obtient elle pas un prix de toute façon ? ADAMUS : Uh, pas tout à fait. Je suis désolé, mais la prochaine fois. Uh, oui. RICKI : Les gens autour de moi que je laisse me contrôler, pour… ADAMUS : Ouais. Les gens autour de vous. RICKI : … tirer les ficelles. ADAMUS : Absolument. Tirer vos ficelles. Ainsi… Nancy ? NANCY : Quoi ?

ADAMUS : (rire) Nancy, Kathy. Je veux juste donner de l’attention à cette table. Ils travaillent toujours tellement dur pour vous servir, ainsi qui tire les ficelles dans votre vie.

NANCY : J'allais dire que tout dépend de ce que je fais. Comme au travail ce sont les patrons. ADAMUS : Vrai, exactement. NANCY : À la maison ce pourrait être, vous savez, quoi que je fasse. Mes petits enfants. ADAMUS : Vrai, ok. NANCY : Tout dépend de ce que je fais. ADAMUS : Bon. Bon. Réponse honnête. Kathy ? KATHY : Ego. ADAMUS : Ego. Ego, et où est l’égo ? KATHY : Il est tout cela. (montrant la liste) ADAMUS : Il est tout cela. Ok, bon. Bonne réponse.

D'ailleurs, ce n’est pas pour vous corriger, mais je le fais toujours. L’égo n'est pas une mauvaise chose. L’égo dérive en fait du terme « je vais. J’expanse, j’expérimente. » Mais au fil du temps l’égo a été transformé en mauvais mot, mais en fait c’est super d'avoir beaucoup d’égo. (rires. Adamus pose)

LINDA : Merci mon Dieu.

... suite dessous ...

(c) Copyright message : Crimson Circle, Geoffrey Hoppe

(c) Copyright peinture : Bruce Harman

 

 

 

 

SHOULD 8 - partie quatre sur quatre

ADAMUS : Vous pensez à l’égo en terme négatif comme quelqu'un qui est égotique, plein d'eux-mêmes, égocentrique. Et il y a une ligne - une ligne fine, mais il y a une ligne - il y a une différence entre être absolument égocentrique où vous vous nourrissez ou volez de l'énergie aux autres personnes et être un être conscient et rempli de lui-même ce qui veut dire que vous n'avez pas besoin de voler de l'énergie à quiconque. Vous êtes si conscient de vous-même et dans un tel amour avec vous-même que vous n'avez pas besoin de voler de l’énergie. Vous n'avez pas besoin de faire des excuses pour vous-même. Vous n'avez aucun doute à votre sujet et vous pouvez ainsi vous exprimer ouvertement et joyeusement. Vous n'avez pas besoin de vous retenir. Cet égo est une belle chose. C'est l'expression du Je Suis.

Oui, deux personnes de plus ici. Siglinde ?

SIGLINDE : Le corps physique tire une ficelle ou deux.

ADAMUS : Absolument. Le corps physique tire beaucoup de ficelles. Absolument. Vous pouvez vraiment avoir une belle journée et puis vient un mal ou une douleur, la voix de votre biologie, elle saute en avant et crie et elle ruinera une belle journée. Oui. Aleya ?

ALEYA : Pour moi c'est un degré de confiance en moi-même. Le degré de confiance que je me donne dans le moment dépend si je suis d'accord avec mes aspects…

ADAMUS : Vrai.

ALEYA : … ou si je suis d'accord avec le Je Suis.

ADAMUS : Ok. Exactement. Réponse très honnête. Oui. Parfois en raison du manque de confiance, vous permettez aux autres de tirer les ficelles. C’est réellement plus facile quelques fois d’avoir quelqu'un qui tire les ficelles (Adamus danse comme une marionnette) et vous…

LINDA : J'ai manqué cela. Je marchais. Est-ce que je pourrais revoir cela ?

ADAMUS : … avoir quelqu'un qui tire les ficelles et (il danse encore)… Cauldre n'aime pas cela.

LINDA : Vraiment ? !

ADAMUS : Non, non. SHAUMBRA (homme) : La manière dont vous dites cela c’est presque comme si vous parliez de se laisser influencer par les autres. Comment le marionnettiste peut-il tirer les ficelles ? Qui pousse vos boutons ? Ne vaudrait-il pas mieux regarder cette voix tranquille à l’intérieur et faire de plus en plus de choix à partir de ce que vous savez ?

ADAMUS : Ah, je pense que je rentrerai à la maison maintenant ! Je n'ai pas besoin de finir la conférence, mais j'ai quelques dessins intéressants. Alors, oui, deux petits prix. Oui. LINDA : Oh, pour l’amour de dieu. ADAMUS : Mais je vais le dire d’une manière un peu différente. Pas meilleure, juste différente. EDITH : Il veut une pièce d'or. ADAMUS : Nous reviendrons bientôt avec ça.

Bien, je vais aller au tableau pour quelques dessins. Ainsi la question est, qui tire les ficelles ? Et si vous m'aviez dit « personne, » j'aurais dû vous appeler un menteur. EDITH : Et qu’est ce qu’il y a de nouveau ? (beaucoup de rires) ADAMUS : (rire) oh donnez lui quelque chose ! Quelque chose ! Oui, merci. Ah, ceci me rappelle tellement nos vieilles écoles de mystère où nous allions pendant des jours. Parfois certains étaient même saouls et se sentaient misérables le lendemain matin, et parfois c'était pures beauté et joie. Cela me manque, mais ici nous le refaisons.

Alors parfois… il y a beaucoup de gens New âge dans le déni et ils disent qu'il n'y a personne qui tire leurs ficelles. Alors je leur demande … je ne pourrais pas le faire avec vous. J'ai essayé de vous aiguiller vers ça et pour que vous me donniez certaines de ces réponses oiseuses. Mais, chers Shaumbra, parfois il y a la réponse qui dit, « Personne. Je crée ma propre réalité. » Alors je dis, « oh vraiment. Ainsi vous avez certains cadeaux et talents, d'où les avez-vous eus ? » Et ces autres, qui ne sont pas si réels disent « Bien je les ai créés. » Vraiment. Et vous vous rappelez les avoir créés. « Bien, non, mais je les ai créés. » Et il y a ceux qui disent, vous savez, « je suis le créateur de ma réalité. » Et je fais, « vraiment ? Et c’est ce que vous avez créé ? ! » C'était drôle. (rire). J'entends si souvent ces réponses très ésotériques, mais il n'y a aucune réelle application dans la vie. Ils ne sont pas vrais. 

 

Les ondes de conscience Je veux discuter maintenant dans le temps qui nous reste, qui pourrait être des heures, je veux discuter à propos de qui tire les ficelles et je veux répondre à ma propre question - la question qui a rendu perplexes bon nombre d'entre vous si souvent - un humain a-t-il le libre arbitre ? Nous allons répondre à cela aujourd'hui. Vous allez en avoir pour votre argent. Est-ce qu'un humain a le libre arbitre ? EDITH : Ils ont le libre choix. ADAMUS : Est-ce qu’ils l’ont ? GARRET : Ils ont un choix très cher. (rires) (jeu de mot, car ‘free’ veut aussi dire gratuit).

ADAMUS : Je vais dessiner maintenant. Je vais dessiner, et tout cela est symbolique. Ne pas le prenez pas littéralement, mais c'est une bonne façon de le montrer.

 

 

 

Voici ce que votre esprit, votre divin, qu’importe la manière dont vous voulez l’appeler, veut faire. Il est dehors et danse, il flotte. Il veut juste se connaître, et il veut expérimenter. Il ne peut pas se connaitre sans expérience, alors il passe par l'expérience. Et il veut continuer à s’expanser. C'est la joie de l'esprit, s’expanser. Aller à reculons ne fonctionne pas. Rester dans le neutre ou l’enfermer apportera par la suite l'explosion. Boum ! Quelque chose doit faire bouger l'énergie. Ainsi il veut l'expansion et il veut exprimer cette joie. Juste savoir que cette joie est en lui-même et ne pas l'exprimer alors, est insatisfaisant. Alors il veut exprimer - par le chant, par la musique, par des livres, par un travail, par de mauvaises relations, par un problème de santé. Tout cela sont toutes des formes d'expression et c’est ce que l’onde de votre esprit fait.

 

Elle a beaucoup d'ordres du jour, parce qu'elle ne voit généralement pas l'esprit et elle croit qu'elle agit seule. Ainsi elle est sur la défensive, très isolée, et elle veut des choses comme la survie. C'est une vieille programmation lémurienne, la survie. Aller sur terre et vous restez là - vous entrez dans la biologie, parce que vous pouvez avoir certaines expériences - mais vous restez là. Alors vous survivez. Vieille programmation.

J'espère que nous allons pouvoir enlever cette programmation de survie, parce que c'est vraiment une douleur de toute façon. Vous n'avez pas besoin de survivre ; vous avez besoin de vivre. Ainsi elle veut la survie. Elle veut à un certain degré, le confort et le plaisir.

La partie plaisir vient de la vieille programmation Atlantéenne. Il y a un centre du plaisir qui a été programmé en chacun. Pourquoi ? Parce que vous pouvez faire travailler les gens vraiment dur et leur faire faire des actions étonnantes quand ils obtiennent une petite récompense à la fin de la journée - quand ils ont un peu de sexe, un peu d'alcool, un peu de reconnaissance, n’importe quoi, un peu de pouvoir. Ça c'est le confort et la partie plaisir - je suis désolé si vous ne pouvez pas lire cela.

 

LINDA : C’est n'est pas bon, mais c’est okay.

ADAMUS : Tournez le plus vers la caméra. Le confort et le plaisir programment également que je voudrais que nous nous débarrassions, la libération. Vous n'avez pas besoin d’avoir un petit biscuit à la fin de la journée. Vous n'êtes plus des rats de laboratoire où vous devez avoir votre sucrerie. Le sucre a été une découverte merveilleuse il y a longtemps, et le sucre en fait… je dois faire attention à ce que je vais dire ici. Bien, non je ne le dirai pas. Le sucre, à un certain degré, a une énergie de couche hypnotique en lui. Maintenant je ne dis pas que le sucre est mauvais, mais le sucre déclenche quelque chose d’énergétique à l’intérieur de vous, ce n’est pas biologique, pour vous inciter à penser que vous vous sentez bien. Pourquoi donnons-nous du sucre aux enfants ? Pour les faire taire. Ce n'est pas bon pour eux. Il les met dans un état énergique frénétique. Mais le sucre est une drogue hypnotique. Vous pouvez écrire ça, « Adamus a dit que le sucre est une drogue hypnotique. »

Donc l’humain a besoin de survivre, d’avoir du plaisir, du confort, et alors il entre dans d'autres énergies comme le contrôle et le pouvoir. Il les adore. Il entre dans la construction de son identité. C'est l'interprétation négative de l’égo. Alors disons identité. Vieille programmation.

Donc cette onde humaine essaye constamment de se renforcer elle même. L'esprit - cette partie de l’esprit - essaye de se comprendre ; l'humain essaye de se fortifier.

LINDA : Vous devriez écrire cela. ADAMUS : Bien, tout a été enregistré.

 

L'esprit danse, l’onde humaine danse, et il y a des périodes où elles coulent naturellement séparées l’une de l’autre. Quand elles le font ça peut être en fait une très belle chose parce que cet humain peut entrer dans les profondeurs de sa propre découverte. L'esprit peut entrer dans plus d'expansion. Normalement, c’est une chose merveilleuse. Et alors cette séparation agit presque comme une attraction ou un aimant, et elle les ramène ensemble plus étroitement.

Et alors il y a encore ouverture, là où l'humain va plus profondément dans son expérience, l'esprit va plus loin dans sa célébration, et ainsi vous avez ce va-et-vient constant. C’est…….

LINDA : Pourriez-vous faire cela en musique ?

ADAMUS : C'est vraiment… c’est vraiment une danse.

(Pause tandis qu'Adamus danse avec Linda) SHAUMBRA (homme) : Continuez en chantant (beaucoup de rire)

ADAMUS : C'est vraiment une danse - ensemble, séparés ; ensemble, séparés. C'est aussi la respiration. Vous pouvez sentir cette onde, cette danse.

ll fait très chaud ici. LINDA : Cauldre a besoin de boire.

ADAMUS : Ouvrez la porte, s’il vous plait. Mmm. C’est l’énergie que nous créons ici.

Ainsi ils ont cette merveilleuse danse ensemble.

 

a cet entrelacement constant l'un dans l'autre, ils ne sont plus séparés. Et ce point précis (là où ils se croisent) est le facteur critique. C'est le point de radiation maximum de conscience. En d'autres termes, vous avez laissé aller la vieille danse, le vieux passé. Tout devient histoire, mémoire, une partie d'expérience. Maintenant la danse c’est ensemble.

 

C’était le résultat de beaucoup de choses - traumatisme, dépression, manque de passion - toutes ces choses ont créé une dynamique du côté humain, qui a créé une spirale descendante pour votre conscience qui vous a donné l'élan pour venir à ce point. Et votre esprit, qui a été une onde au loin quelque part, a dit, « je descends. » (rire) « je vais plonger. Je ne serai plus dans les niveaux éthériques et farfelus, je vais sur terre. Je vais être avec vous. » Et à ce merveilleux point de radiation maximum du Je suis, vous vous êtes réunis.

Je reviendrai à ceci, mais je veux que vous notiez quelque chose de très, très intéressant, parce que c'est Pâques. (chuchotements à Linda). Profonde respiration.

Ainsi… (Adamus dessine)

LINDA : Oh mon dieu.

SHAUMBRA : Le pêcheur.

 

ADAMUS : Est-ce que Yeshua avait une bande de pêcheurs. Absolument pas ! (rires) ce qui… ! Qui choisirait un poisson comme symbole ? ? ! Qu’est ce que Yeshua voulait dire par ceci ? C'est l’incrustation. C'est la danse qui continue indéfiniment. Ça n’a rien à voir avec la pêche ! C’est au sujet de l'intégration. C’est le retour ensemble en ce point. (Adamus indique le point de croisement des ondes).

Oh-h-h ! Et Yeshua savait ça. Yeshua a expliqué la même chose. Il n’avait pas un beau morceau de papier, il l’a écrit dans la boue. Il a expliqué la même chose à ses disciples et à une partie de ceux qui pouvaient entendre, et Mary Magdalene se tenait à ses côtés et a expliqué bien plus de détails de ce qui se passait dans ce processus le plus incroyable. Et il a utilisé le symbole, que quelqu'un a transformé en poisson, il a employé ce symbole de la réunion que j’ai montré ici. Réunion - la danse - qui finalement ramène ensemble. C'est là que vous êtes. C'est ce qui se produit, et d'ici (l'intersection) en avançant ce n’est plus une onde différente. C'est un corps de conscience.

En avez-vous eu pour votre argent ?

ASSISTANCE : Oui.

 

(Adamus dessine des ondes irrégulières et pointues) et quand l’onde humaine, qui est influencée par les voix des aspects, de la conscience de masse et de la culpabilité,

 

Tout converge par le mental, mais c'est un effondrement dans le rythme naturel de la danse de l'esprit et de l'humain.

Nous entrerons là dedans avec beaucoup plus de détails. Je parlerai davantage au sujet de la façon dont - j'ai trop simplifié dans ces diagrammes - mais ce qui se produit sont les ondes principales ou les ondes de conscience. Bon titre pour cette discussion- les ondes de conscience.

Maintenant, en réalité quand nous entrons vraiment dedans vous allez constater que vous avez beaucoup d'aspects. Ces aspects ont également leurs propres modèles et vous en avez des millions et des milliards. Je les représente avec une ligne pointillée, parce qu'ils ne sont pas si prononcés ou ouverts – n’est ce pas ?

Alors quand est ce que cette onde humaine cesse t-elle d'être une ligne continue et devient elle une ligne pointillée, et quand est ce que l'aspect de l’onde d’une ligne pointillée qui essaie de prendre le dessus, de dominer, se transforme t-elle en une ligne continue ? (Adamus dessine) Maintenant vous avez vraiment un humain déboussolé. Nous allons parler de comment entrer et les aider à les ramener de nouveau dans la danse, dans les ondes. Et c’est simple. C’est vraiment simple.

En réalité j'ai dessiné ces ondes d’une façon relativement linéaire. Je souhaite vraiment que ce mur entier et tous ces murs soient des tableaux. Ne serait-ce pas incroyable, Suzy. (rires)

 

parfois d’une façon très désorientée, chaotique et traumatique, parfois cela donne l'illusion que tout va s'effondrer. Et parfois cette illusion est très réelle. Ça s'effondre. Pas vraiment, mais la conscience ferme la porte et crée l'illusion que l'expansion s'est effondrée. Je pense que vous savez de quoi je parle.

En réalité même cette spirale n'est pas tout à fait précise, parce que la danse est, si vous la regardiez vraiment, crée une sorte de… (Adamus dessine une grande spirale ronde). C’est comme un grand cercle, une grande boule, et la boule augmente. La boule est la conscience, et elle continue à s’expanser, continue à s'ouvrir jusqu'à ce que vous arriviez au point du Je Suis.

 

Libre arbitre ?

Maintenant, autre chose se passe ici. Autre chose se produit à ce point d'intersection dont j'ai parlé. La boule ou la spirale ne continue pas son chemin en spirale. Elle ne continue pas son expansion régulière, et nous parlerons de cela lors de notre prochaine session. Mais je veux répondre à la question avant que - je vois que mon temps s'épuise - mais je veux répondre à la question pour vous. Vous pouvez la contempler, et vous n’avez pas à être d'accord avec tout ceci. Je pose simplement des questions. Je pose simplement des questions. Lors de toutes nos discussions, dans nos entretiens privés, je pose simplement des questions.

Mais la question est, un humain a-t-il le libre arbitre ? Je retournerai à certains des diagrammes. La question est : est ce que l'humain a le libre arbitre ou la question avant celle ci, « qui tire les ficelles ? » Qui tire les ficelles ? Qui a choisi votre famille biologique ? Pas vous. Vous n’étiez pas né. Comment pourriez-vous la choisir ? Vos compétences et vos talents, était-ce l’astrologie ? Était-ce Dieu ? Était-ce un groupe d'anges ? Était-ce vos guides spirituels ? Était-ce votre soi supérieur ? Votre sur âme ? Était-ce juste un sort évident et la destinée ? Etait ce de la malchance merdique ? Qui tire les ficelles ? Et c'est une question très ancienne. Et la réponse est, bien, ça dépend. Ça dépend où vous êtes dans votre conscience de qui tire les ficelles.

 

Vous avez l'humain en bas ici qui lutte pour la survie et l'identité. Et oui, vous voulez dire, « bien, je crée ma réalité. » En fait, ce n’est pas vrai, parce que beaucoup de votre réalité est créée ou influencée par cette onde (esprit), nous allons parler des autres ondes dans notre atelier sur la santé mentale, d'autres ondes qui sont en haut ici au niveau divin dont vous n’êtes pas conscients. En fait, vous ne créez pas beaucoup de votre expérience du tout. Du tout.

Et en réponse à la question est ce que les humains ont le libre arbitre ? Non, ils ne l’ont pas. Ils ne l’ont absolument pas. S'ils l’avaient, ils seraient totalement différents. Ils sont sous l'influence de quelque chose. Leurs ficelles sont tirées par quelque chose. Karma ? Bien, sûr, s'ils y croient. Religion ? Absolument. Leurs ficelles sont tirées par toutes ces autres choses. Ils veulent fortement penser qu'ils ont le libre arbitre et ils l'exigent - « j'ai la volonté de stopper mon travail quand je le veux. » Bien, ils ne le font pas. « J'ai la volonté de vivre où je veux, » mais ils ne font pas. Ils vivent à côté de là où ils ont grandi. Bonjour ! À côté de leur maman et papa !

Ainsi, en fait, non, les humains n'ont pas de libre arbitre. Ils ne l’ont vraiment pas. J'espère que ça vous rend un peu cinglés, parce que vous avez toujours pensé que vous aviez le libre arbitre.

Vous avez la volonté divine. Tobias vous l’a dit il y a des années, et c'est la canalisation que vous avez oubliée. Vous n'avez pas voulu l'entendre, vraiment. Il a dit, « il y a la volonté divine. » La volonté de votre onde spirituelle, danse spirituelle, dépassera en fait la volonté humaine (claquement de doigt) comme ça. Instantanément. Et cela explique beaucoup de choses qui se sont produites dans votre vie. Votre esprit n'inflige pas ces expériences négatives, mais il y a des choses qui sont bien plus importantes pour votre esprit, votre divin, que des singeries humaines idiotes et des tentatives désespérées de contrôle, d’avoir du plaisir, de réparer une identité et de survivre.

Cela n’a pas d’importance ! L'esprit va survivre, il n’y a pas de mort. Yeshua a prouvé cela sur la croix. Il n'y a pas de mort. Il n'est pas mort pour expier vos péchés. Il n'est pas mort pour vous et pour vos péchés. Grands dieux. C'est égotiste de penser que Yeshua allait mourir pour vous. Yeshua est arrivé à un point - et c'était une conscience collective, aussi c’est un peu différent - mais Yeshua est arrivé au point de dire, « je vais pêcher. Je vais faire la jonction ». Ça m’est égal si je vis ou si je meurs. Je suis fatigué d'être dans ma propre prison en tant qu'humain. Je suis fatigué de ne pas être avec moi. Je suis fatigué de ces deux êtres toujours séparés. Je veux revenir avec moi. » Boom ! Ils se sont croisés. Ooh Est-ce que j'ai dit la croix ? (rire. Adamus forme une croix avec ses doigts) Est-ce que j'ai dit croix ? !

Ils ont fusionné. Le ciel, la terre, se sont réunis. L’onde du divin et l’onde de l'humain se sont finalement entrecroisées.

Alors, Yeshua est-il mort sur la croix ? Non. Il est devenu vivant sur la croix. Le corps physique ne signifie rien. Il l'a su à ce point de la ‘croix’. D'ailleurs, ce symbole a été repris des centaines et des centaines d'années plus tard après comme une forme d'hypnose, souffrance - « il est mort pour vos péchés. » Je ne le pense pas. Je ne pense pas ainsi. Personne ne peut mourir pour vos péchés. Mais à l’origine cela voulait dire le point d’intersection - la croix, se réunir - et il a été employé plus tard pour signifier la souffrance, la douleur, la culpabilité et le contrôle.

Ainsi, les chers amis, Yeshua s’est réveillé sur la croix, et à ce moment a libéré le corps physique, qui d'ailleurs, il y a 2.000 ans vous avez dû le faire de cette façon. Vous n’avez pas à le faire cette manière maintenant. Il a libéré le corps physique et il est vraiment venu à la vie. Il a continué joyeux avec Marie Madeleine. Ils ont eu des enfants ensemble, bien qu’il n’avait pas de corps physique. De beaux enfants. Oui, vous pouvez avoir une sexualité même si vous n'avez pas de corps. Très vrai. Vous avez une meilleure sexualité parfois. (il regarde Linda) Pas toujours. Pas toujours. (Beaucoup de rires) Pas toujours.

LINDA : Vous êtes un génie.

ADAMUS : Ainsi, chers Shaumbra, nous avons couvert beaucoup de choses aujourd'hui. Il est vraiment temps. Continuons à travailler avec – non, pas travailler avec ; soyons en présence de - ces terroristes, et nous avons couvert beaucoup de matériel aujourd'hui. Beaucoup de matériel. Dans notre prochain rassemblement nous parlerons davantage de ce qui arrive à cette sphère, ce moi qui grandit et s’expanse quand vous arrivez à ce point d'intersection. Mais en attendant, re-écoutez ou relisez ce Shoud, parce qu'une bonne partie de vous était loin dans un mode expansé mais maintenant ramenez le à ce niveau en lisant ou en écoutant encore.

Alors que nous en avons parlé, nous entrons dans l'expérience. Nous entrons dans quelque chose de nouveau et différent. Pas tout le monde va l'aimer, croyez le ou pas. Je ne peux pas imaginer pourquoi, mais pas tout le monde va l'aimer. Cela ne va pas être acceptable pour tous ceux qui sont sur le chemin spirituel, et c'est correct. Ce n’est pas censé l’être. Nous parlons ici de choses qui sont très différentes des vieilles croyances, différentes croyances. Ceci n’est pas vrai ou faux, mais lorsque nous nous sommes réunis ensemble il y a longtemps nous avons dit, « nous allons explorer quelques territoires nouveaux. » Mais plus nous explorons de nouveaux territoires, plus nous trouvons que c’est juste une vérité simple et basique, un sens commun de base simple.

Alors que vous vous en allez dans vos vies, rappelez vous que vous n’avez pas à vous inquiéter, vous n’avez pas à douter. Tout est bien dans toute la création.

Par conséquent, je suis ce que je suis, Adamus à votre service.
(applaudissements de l'assistance)

(c) Copyright message : ADAMUS, Crimson Circle, Geoffrey HOPPE

(c) Copyright peinture : Bruce Harman

 

 

 

 

(c) ARCHE D'OR DE L'ANGE DE FEU D'OR - 2016